top of page

« Maman,

Tu aurais eu 60 ans hier matin. Je veux te dire comme je t’aime. Pour l’occasion, j’ai questionné pendant deux heures mamie sur la vie des femmes et des hommes de notre lignée. C’était précieux. Même si on a dû faire ça au téléphone car notre drôle de monde est à l’arrêt. Il nous fait réaliser que tout peut s’arrêter demain : un virus, une guerre, un accident. Seul cet instant présent nous appartient. Mais ça j’ai déjà commencé à le réaliser quand tu es tombé malade. Quand celle qui m’a transmis la Vie ici, pouvait la quitter à tout moment. Demain ne m’appartient pas, encore moins celui de mes enfants, que tu n’as d’ailleurs jamais vus. C’est peut-être ici que la tristesse est grande, mais le Souffle comme tu l’appelais est si puissant qu’il nous traverse de toi à nous à chaque instant. Même quand on ne le voit pas. Je dis à Clovis depuis 3 ans que « Mamoune est partie partout ». Il m’a rappelé hier que tu ne devais pas sortir de « partout » pour ton anniversaire, à cause du virus en ce moment. Mais ca me va bien que tu y restes partout. D’ici on ressent tes vibrations.

Merci. Tu me manques. Mais je m’envole. »

.


32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page